photo_carte_vitale

26 janvier 2016

Le tiers payant santé est un débat très actuel entre les professionnels de santé et les organismes de santé. Certaines mutuelles le rendent obligatoire pour certains actes, et d’autre part, certains professionnels de santé refusent catégoriquement de le pratiquer. Leur souci principal est que cette démarche peut être chronophage et demande rigueur et suivi pour celui qui le pratique.

Pour rappel, le tiers payant correspond à la dispense d’avance de frais médicaux pour le patient, en effet, le professionnel de santé se met directement en relation avec la Sécurité Sociale et la mutuelle du patient pour le paiement de l’acte de santé.

Sa pratique est déjà obligatoire pour les titulaires de la CMU-C et le deviendra pour tous en 2017.
Déjà très répandu dans les milieux de la pharmacie, de l’optique et des infirmiers libéraux par exemple, il tend à s’étendre à toutes les professions de santé dès novembre 2017.
L’échéance de 2017 correspond à la mise en application de l’article sur la généralisation du tiers payant de la loi de santé de Marisol Touraine.

A qui profite-t-il ? Au patient? Au professionnel de santé? Aux organismes de remboursement? Le tiers payant n’a pas fini de faire parler de lui dans ces prochains mois.

En naviguant sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites.
Ok